Proverbes : De l’impermanence de la vie humaine

« Et maintenant, je trouvais la vie bien misérable, et je pris en pitié tout le genre humain : ces insectes fragiles qui se brûlaient si vite les ailes, ‘ces corps bientôt privés de l’âme qui allaient gésir, pareils à des fagots de bois mort’. Bien sûr, cette vérité était simpliste. Bouddha l’avait prêchée depuis des siècles, […]

via Proverbes : De l’impermanence de la vie humaine — Khmerologie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s